La prévention, enjeu majeur de santé publique

Face à la réalité démographique et économique de la dépendance, lancer un programme de recherche d’envergure sur l’économie du vieillissement et la prévention de la dépendance est une nécessité. Un tel programme permettrait de mener des études sur le vieillissement et la dépendance afin de trouver et de promouvoir des solutions économiquement viables face à un problème majeur de santé publique.

Etudier les solutions de financement de la dépendance
En France, la création d’un risque dépendance dit « 5è risque » est actuellement débattue et fera l’objet d’une loi spécifique au cours de l’année 2011 ou 2012. Plusieurs régimes sont envisagés et seront au cœur des débats à venir : souscription à une assurance privée, augmentation des prélèvements obligatoires, recours sur succession… Avant toute prise de décision, il serait raisonnable d’étudier la meilleure forme de couverture de ce risque, et l’impact de ces différents systèmes de financement sur la société, les bénéficiaires, les aidants familiaux, l’emploi… La cohorte de patients et d’aidants de l’IHU de Toulouse pourrait pleinement contribuer à cette étude préalable.

Maîtriser les dépenses grâce à la prévention
La mise en place d’un programme de prévention auprès des personnes dépendantes à domicile peut être une source d’économie. Les aides à domicile peuvent mesurer des événements simples, comme la perte de poids, la vitesse de marche lente, la perte de mobilité, les chutes, les troubles de la mémoire et les troubles du sommeil. En cas de multiplication de ces événements, elles peuvent solliciter une intervention alliant différentes approches – nutrition, activité physique, évaluation cognitive, sociale. Parmi leurs effets bénéfiques, ces interventions peuvent ralentir l’évolution de la dépendance de la personne âgée, donc éviter l’aggravation de la perte d’autonomie. La mise en place d’un tel programme de prévention permettrait de diminuer considérablement l’augmentation des dépenses de l’APA. En Haute-Garonne, un tel programme permettrait d’économiser plus de 10 millions d’euros par an !

Coordonner le parcours de soins des patients âgés
Un parcours de soins coordonnés et adaptés aux besoins des patients âgés peut diminuer le taux de réadmission aux urgences et éviter les errances dans le système de soins. Le développement de soins individualisés par une équipe multi-disciplinaire devrait permettre d’abaisser de 40% le coût total moyen de la prise en charge. L’objectif est de répondre aux besoins spécifiques du patient. Un parcours de soins appropriés doit permettre d’éviter les mauvaises orientations dans le système de soins et de réduire les coûts directs et indirects associés.

Publié le par La rédaction ||| Prévenir la dépendance |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.