Étude MAPT : 1680 personnes âgées y participent

L’étude MAPT, promue par le CHU de Toulouse et coordonnée par Bruno Vellas, est le premier essai de prévention des troubles de la mémoire en France. L’objectif est de déterminer si la mise en place de plusieurs mesures préventives peut protéger contre le déclin de la mémoire chez des personnes de 70 ans et plus.

L’intervention « multidomaine » constitue un nouvel espoir pour la prévention du déclin des performances cognitives et de la maladie d’Alzheimer. En effet, l’identification de facteurs potentiellement protecteurs, tels que les facteurs liés au mode de vie (alimentation, activité physique, stimulation de la mémoire), ouvre de nouvelles perspectives pour la prévention.

Les mesures préventives testées sont :

  • la prise quotidienne d’un traitement à base d’acides gras oméga-3
  • la pratique d’exercices de stimulation de la mémoire et d’activités physiques associés à des recommandations nutritionnelles (“intervention multidomaine”)
  • ou l’association des deux mesures précédentes.
  • Cette étude devrait apporter des arguments scientifiques complémentaires dans la prévention du déclin cognitif lié à l’âge.

Cette étude se déroule dans 13 villes en France : Bordeaux, Castres-Mazamet, Dijon, Foix, Lavaur, Limoges, Lyon, Monaco, Montauban, Montpellier, Nice, Tarbes et Toulouse.

Les premières inclusions dans l’étude ont eu lieu en mai 2008. L’objectif d’inclusion fixé à 1680 personnes âgées vient d’être atteint le 24 février 2011 ; 700 personnes âgées de la région Midi-Pyrénées ont pu être incluses dans l’étude.

L’imagerie cérébrale : un volet important de l’étude MAPT

Les participants de l’étude MAPT ont la possibilité de bénéficier d’examens d’imagerie de haute technicité (IRM – imagerie par résonance magnétique – et TEP – tomographie par émission de positons – avec traceurs du métabolisme cérébral et des plaques amyloïdes) permettant d’explorer les mécanismes du vieillissement cérébral. Nous espérons ainsi mieux comprendre les modifications qui se produisent dans le cerveau des personnes âgées susceptibles de développer des troubles de la mémoire.

Publié le par La rédaction ||| Prévenir la dépendance |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.