Les pilotes et partenaires du projet

Les pilotes du projet

  • Bruno Vellas : Président de la société mondiale de gériatrie et de gérontologie, Directeur de l’IHU
  • Françoise Forette : Présidente du Collectif Alzheimer, Présidente du comité scientifique de l’IHU
  • Paul Aisen : Directeur de l’Etude Coopérative sur la Maladie d’Alzheimer, Professeur de Neurosciences, Université de Californie à San Diego, co-responsable de la partie Essais cliniques au sein de l’IHU
  • Michael Weiner : Professeur, Université de Californie à San Francisco, co-responsable de la partie Imagerie au sein de l’IHU
  • Bengt Winblad : Directeur du Centre de Recherche sur la Maladie d’Alzheimer de l’Institut Karolinska de Stockholm, membre du comité scientifique de l’IHU
  • Angelo Parini : Directeur de l’Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires

Les partenaires du projet

Le CHU de Toulouse, établissement d’excellence

Au cœur de la plus grande région de France, d’un peu moins de 3 millions d’habitants et d’une agglomération au taux de croissance démographique annuel le plus élevé d’Europe, le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Toulouse est la structure sanitaire de référence de cette région qui regroupe plus de 150 établissements publics et privés.

Constitués de plusieurs sites répartis au nord et au sud de la ville, le CHU de Toulouse est le premier employeur de la région Midi-Pyrénées, accomplissant ses missions de soins, de prévention, d’enseignement et de recherche grâce à près de 3500 médecins et 10 000 personnels hospitaliers,

Organisé en 15 pôles cliniques, il prend en charge environ 200 000 malades et 600 000 consultants chaque année, ce qui le situe au quatrième rang français. Seul CHU de la région Midi-Pyrénées, les soins de recours représentent plus de 50 % de son activité, grâce à des plateaux techniques et des équipes de très grande qualité. Le CHU de Toulouse coordonne au niveau national ou est associé à 8 centres de références des maladies rares et 33 centres de compétences.

Un établissement tourné vers l’avenir

Son expertise historique en télémédecine, conjuguée au récent Centre e-Santé, bâtit le CHU de demain, au plus près du domicile grâce aux nouvelles technologies de l’information, en lien avec l’ensemble des partenaires de la santé et de l’industrie.

Si son activité de recherche s’organise principalement autour de la recherche clinique et préclinique, elle s’ouvre également à l’innovation aussi bien en termes d’organisation que d’innovation technologique. Le dynamisme institutionnel du CHU conjugué à la forte attractivité médico-scientifique de ses équipes auprès de l’industrie, font sensiblement croître le nombre de protocoles de recherche conduits au sein du CHU. Cette activité est impulsée également par le maillage de collaborations scientifiques entre les praticiens hospitaliers et les équipes de recherche universitaires issues de l’INSERM, du CNRS, de l’INRA, de l’EFS.

Cette implication dans l’innovation et le progrès thérapeutique inscrit naturellement le CHU dans une dynamique de projets : le Cancéropôle, la Clinique Universitaire du Cancer, le Gérontopôle…

Au plan international, le CHU de Toulouse développe de nombreuses coopérations avec la volonté de partager son expertise avec des établissements de santé étrangers, dans le cadre d’accords de jumelage ou de conventions de coopération. Concernant la gériatrie, il appuie l’Institut National de Gériatrie chilien, est engagé dans un travail commun avec le CHU de Sherbrooke (Québec) et a intégré comme site associé l’Organisation Mondiale de la Santé.

Pour plus d’informations : www.chu-toulouse.fr

Le PRES « Université de Toulouse » Ensemble, plus forts, plus loin …

Créé par décret le 21 mars 2007 sous la forme d’un établissement public de coopération scientifique (EPCS), le pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) Université de Toulouse est une structure fédérative visant à inscrire le site universitaire Toulouse Midi-Pyrénées au meilleur niveau européen et international.

Constituée autour de 6 établissements fondateurs et de 17 établissements d’enseignement supérieur et de recherche, l’Université de Toulouse est une structure opérationnelle qui garantit une coopération forte et efficace entre les établissements et à tous les niveaux. Les objectifs portent sur l’entretien et le développement des coopérations inter-établissements et sur le rayonnement du site universitaire pour qu’il gagne en cohérence, en lisibilité et en attractivité.

Cette dynamique basée sur l’association formation-recherche-valorisation permet de réunir des compétences de haut niveau dans des domaines diversifiés et complémentaires : sciences de la matière, de la vie et de l’information, ainsi que sciences humaines et sociales, avec une composante particulièrement forte en ingénierie.

L’Université de Toulouse entretien des partenariats avec les acteurs de la recherche scientifique et des milieux socio-économique locaux pour renforcer les domaines d’excellence reconnus internationalement (aéronautique, espace et économie) et impulser des actions autour de thèmes clés pour la société de demain (nanotechnologies, santé-vieillissement-alimentation et environnement-risque-organisation). Cette association entre universités, établissements de type Grande Ecole, laboratoires, entreprises et collectivités, constitue une force indiscutable tant au niveau de la pluridisciplinarité des compétences que du potentiel d’attractivité du site.

L’université Toulouse III – Paul Sabatier (UPS)

L’UPS, université de Sciences-Technologie-Santé, par sa taille (2500 enseignants chercheurs, 1400 personnels BIATOSS), son excellence (95% de ses personnels dans des laboratoires classés A ou A+ par l’AERES) et son rayonnement (1650 doctorants dont 35% d’étrangers), est fortement impliqué dans la recherche aux niveaux moléculaire, cellulaire, organisme et population menées en Midi-Pyrénées en lien avec les EPST (CNRS , INSERM, INRA, IRD) et le CHU. Son Pôle de recherche en sciences du vivant fédère les réseaux d’excellence et de compétences à travers :

– 5 unités mixtes de recherche (UMR) en santé UPS-INSERM, avec 20 laboratoires dont 6 propres à l’UPS et 1200 permanents ;

– 4 pôles de recherche : l’Institut des maladies cardiovasculaires et Métabolisme (I2MR), l’ IFR 96 en Neurosciences, le CPTP en Immunologie-Inflammation-Infection et le Centre de Recherche en Cancérologie lié au RTRS 2RITC ;

– 1 Ecole doctorale (Biologie Santé Biotechnologie) ;

– 8 plateformes de haute technologie accessibles à l’ensemble de la communauté scientifique (génomique, biopuces, protéomique, anexplo, bioinformatique, imagerie, métabolomique et fluxomique, et plateforme intégrée de criblage de Toulouse).

Des projets ambitieux sont programmés sur 2011 prévoyant la création de nouvelles structures : la Fédération de recherche en biologie de Toulouse, l’Institut Fédératif d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société (IFERISS), et de nouveaux laboratoires (Toxalim, Stromalab).

L’Inserm Midi-Pyrénées

L’Inserm est le seul organisme public français entièrement voué à la recherche biologique, médicale et en santé des populations. Ses chercheurs ont pour vocation l’étude de toutes les maladies humaines des plus fréquentes aux plus rares.

En Midi-Pyrénées, les laboratoires de l’Inserm se penchent sur de multiples pathologies en lien avec le vieillissement : cardiovasculaire (problèmes cardiaques…), neurosciences (Alzheimer…), épidémiologie, cancer et immunologie. Ces recherches s’efforcent de rapprocher la biologie fondamentale et les données cliniques afin de mener les découvertes depuis le laboratoire jusqu’au lit du patient. 19 brevets et 54 essais cliniques sont ainsi actuellement en cours. En région, ce sont plus 1000 personnes dont 450 chercheurs qui mènent ce combat. Ceux-ci, regroupés par thématique de recherche, sont répartis au sein de 44 équipes de recherche ainsi qu’un centre d’investigation clinique. Ce dernier permet de mener des découvertes jusqu’à leur terme, c’est-à-dire jusqu’à leur application sur l’homme.

Une équipe de l’U558, sous la direction de Bruno Vellas, a récemment démontré qu’un suivi standardisé des patients atteints d’Alzheimer était inefficace et qu’il fallait privilégier un suivi « personnalisé ». Autre innovation, il y a moins d’un an, c’était une nouvelle méthode pour repérer cette même affection qui était développée dans une autre unité, sous la direction du Pr Celsis. Ainsi, grâce au projet IHU, ces découvertes et bien d’autres encore pourront trouver une application rapide, conformément à la ligne directrice de l’Inserm.

Pour plus d’informations : www.toulouse-limoges.inserm.fr/

Le Gérontopôle de Toulouse

Le Gérontopôle de Toulouse a été créé le 5 Février 2007 en réponse à une lettre de mission des Ministres Xavier Bertrand et Philippe Bas. Ses missions s’articulent autour de 3 plans d’action :

  1. Permettre l’accès à l’innovation thérapeutique et à la recherche clinique, pour les personnes âgées fragiles qui en sont souvent exclues ;
  2. Mettre en place un Institut du Vieillissement pour développer et valider des actions de promotion de la santé et de prévention chez les personnes âgées en bonne santé ;
  3. Se mettre au service de la filière gériatrique afin de développer la recherche clinique pour les personnes âgées dépendantes. Le 10 décembre 2009, une deuxième lettre de mission des Ministres Roselyne Bachelot et Nora Berra officialisait la reconduction de ces 3 plans d’action, en y ajoutant la mise en place, en lien avec les administrations et les agences concernées, d’une charte qualité de la prise en charge gérontologique.
Publié le par La rédaction ||| L'ISV Toulouse |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.