Expérimentation de l’hôpital de jour des fragilités à l’hôpital La Grave (Toulouse) : quelques résultats récents sur 1108 sujets

Dans un article publié dans la revue internationale « Journal of Nutrition Health and Aging (JNHA) », les principales caractéristiques de 1 108 premiers patients évalués à l’HDJ Fragilités au cours des deux premières années d’exploitation sont décrites.

Cette analyse montre qu’environ 94% de ces patients étaient fragiles ou pré-fragiles, ce qui témoigne de la pertinence de la grille de repérage de fragilité proposée par le Gérontopôle et recommandée par la HAS (lien vers la grille de repérage des PA fragiles). Cette population était âgée en moyenne de 82,9 ± 6,1 ans, majoritairement féminine (n= 686, 61,9%) et le plus souvent polypathologique (4 à 5 pathologies en moyenne), mais pas encore dépendante. Selon les critères de Fried, 423 patients (39,1%) étaient pré-fragiles et 590 (54,5%) fragiles. Le score moyen d’ADL (Activities of Daily Living) était de 5,5 ± 1,0 et celui d’IADL (Instrumental ADL) de 5,6 ± 2,4. La vitesse de marche moyenne était de 0,78 ± 0,27 m/s et uniquement 25,6% des patients (n=272) avaient un score SPPB (Short Physical Performance Battery) supérieur ou égale à 10 (bonnes performances physiques).

La démence a été observée chez 14,9% (n=111) de la population selon l’échelle CDR (CDR = 2). Huit pourcent des patients (n=84) étaient dans un mauvais état nutritionnel (MNA < 17) selon l’échelle MNA (Mini Nutritionnal Assessement) et 39,5% (n=414) à risque de malnutrition (MNA=17-23,5).

En ce qui concerne le plan personnalisé de soin et de prévention (PPSP), pour 54,6% des patients (n=603), il existait au moins une situation médicale qui nécessitait une nouvelle intervention. Trente-trois pourcent (n=362) ont bénéficié de propositions de modifications thérapeutiques. Une intervention nutritionnelle a été proposée à 61,8% des sujets (n=683), une intervention d’activités physiques à 56,7% (n=624) et une intervention sociale à 25,7% (n=284). Au total, 2 475 interventions ont été proposées dans le cadre du PPSP aux 1 108 patients évalués. Au moment de l’analyse, une réévaluation à un an avait été réalisée pour 139 (26,7%) des patients.

Cliquez ici pour consulter l’article publié dans JNHA.

Publié le par La rédaction ||| Bien vieillir, L'ISV Toulouse, Prévenir la dépendance |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.